Faculté de Médecine de l’UNIKIN

La faculté de Médecine de l’UNIKIN existe depuis 1954, année à laquelle elle fut inaugurée. Dont en 1ère rentrée, il y avait 5 étudiants et en 1961, les premiers diplômés sortirent au nombre de 3.

facmed1

VISION

La faculté de Médecine de l’Université de Kinshasa se veut un centre d’excellence, rayonnant en République Démocratique du Congo, en Afrique et dans le monde en matière d’enseignement, de soins et de recherche en santé. Elle ambitionne de s’impliquer activement dans le développement de la Nation par la construction sociale et la résolution des problèmes sanitaires prioritaires. Elle attend des élèves promus, des professeurs et de leurs collaborateurs d’être des pionniers dans tous les domaines cliniques, de santé publique et des sciences médicales de base.

MISSION

La faculté de Médecine affirme offrir à la société des médecins, des chirurgiens dentistes et des licenciés en Kinésiologie et en Physiothérapie capables de prévenir, de promouvoir, de diagnostiquer, de traiter toutes les maladies, et d’identifier tous les problèmes de santé publique et d’y apporter des réponses adaptées, dans le respect de valeurs universelles et de celles propres à la société congolaise. De même, elle s’applique en matière de recherche à la résolution des problèmes de la communauté. Elle garantit les soins complets grâce aux techniques biomédicales modernes à travers ses hôpitaux et son Ecole de Santé Publique

NOS VALEURS

  • Intégrité
  • Unité dans la diversité
  • Culture de l’excellence

.bounker

1.    Présentation de la Faculté de Médecine

L’histoire d’une institution du secteur public commence par la définition de sa mission, de sa vision et de ses objectifs.  Cette Faculté de l’Université de Kinshasa, se veut un centre d’excellence, rayonnant en République Démocratique du Congo, en Afrique  et dans le monde en matière d’enseignement, de soins et de recherche en sciencesde santé.

Elle ambitionne de s’impliquer activement dans le développement de la Nation par la construction sociale et la résolution des problèmes sanitaires prioritaires (Conseil Facultaire n° 149 du 30 mars 2012).

1.1 Aspect historique

Les origines lointaines de l’Université Lovanium de Léopoldville, aujourd’hui Université de Kinshasa, remontent à 1925 (Arrêté Royal du 21 février 1949.-In : Bulletin Officiel du Congo. p. 733-738) lorsque quelques professeurs de l’Université catholique de Louvain prirent l’initiative de créer un centre médical à Kisantu dans le Congo Central, à proximité des plus florissantes missions catholiques de la Compagnie de Jésus (Université Lovanium, 1958-1959. p.80).

La première action posée par les Professeurs de la Faculté de Médecine était la création de la Fondation Médicale de l’Université de Louvain au Congo ‘’ FOMULAC’’ en sigle, et une école d’infirmière fut créée à côté de cette Fondation.

En 1932, le CADULAC (Centre Agronomique de l’Université de Louvain au Congo) a vu le jour. La même année, une école moyenne pour les assistants agricoles est créée.

L’Université de Kinshasa, ex-Lovanium a vu le jour le 12 octobre 1954 sous l’appellation du Centre Universitaire Congolais sur décision de l’autorité coloniale et en tant que première Université Congolaise par l’arrêté du 3 février 1956 (Bulletin officiel du Congo, 1956. p.220-221).

Un décret de la Sacrée Congrégation des Séminaires et des Universités conféra à Lovanium en date du 25 avril 1957 le titre d’Université Catholique conformément au droit canon 1376. (Université Lovanium, 1962,p.6).

Au sein de cette Université, s’organisera une Faculté de Médecine  qui a effectivement commencé en 1956 avec les étudiants lauréats du tronc commun de deux ans organisé à la Faculté des Sciences.  Elle totalise 59 ans d’existence aujourd’hui. La pose de la première pierre de cette Faculté sur la colline du Mont-Amba eut lieu le 27 juillet 1956 par Son Excellence Monseigneur Van Waeyembergh, Recteur Magnifique de l’Université de Louvain (Belgique).

Avant cette action, la Faculté de Médecine, comme tant d’autres Facultés, fonctionnait à Kisantu dans le District des Cataractes qui fait partie de l’actuelle province du Congo Central.

La structure et les enseignements étaient comparables à ceux des Facultés de Médecine Belges en vue d’assurer leur équivalence.

Le programme de spécialisation calqué sur le modèle belge a commencé en 1957 avec la médecine interne, la chirurgie, la pédiatrie, la gynécologie et la biologie clinique. Jusqu’en 1971, la spécialisation en médecine consistait en une longue période de stage dans une des disciplines précitées où l’on posait graduellement des actes spécialisés sous la supervision du maître ou de ses adjoints; ajouter à cela la participation aux séminaires, l’encadrement des étudiants etc.

En 1971, une réflexion nationale sur les objectifs de l’enseignement supérieur et universitaire, ayant pour visée la mise à la disposition de la population des cadres formés sur mesure et répondant aux exigences  de nombre et de qualité, fit naître l’Université Nationale du Zaïre (UNAZA en sigle), c’est par l’ordonnance-loi n°71/075 du 6 août 1971 que fut entérinée cette création

Avec cette réforme, la Faculté de Médecine de l’ex-Université Lovanium absorbait ses deux sœurs de Lubumbashi (Université officielle du Congo) et de Kisangani (Université Libre du Congo) pour devenir l’unique Faculté de Médecine et Pharmacie du pays. Et la durée de formation passait de sept à six ans, ce qui constitua une profonde modification des programmes de cette Faculté. Les études de médecine ont été réorganisées afin de mieux les adapter aux besoins sanitaires du Zaïre.

Les premiers médecins issus de cette réforme ont été diplômés en juillet et octobre 1977 au même moment que la dernière promotion de l’ancien régime de 7 ans (Pr Dr MUYEMBE Tamfum, 1978).

1975 est une date importante dans l’histoire de la Faculté de Médecine. Ses programmes subissaient alors pour la deuxième fois de profondes retouches. Celles-ci concernaient la finalisation du premier cycle en médecine. Aujourd’hui encore, la Faculté est revenue à l’ancien système de sept ans au lieu de six. Cette situation se justifie par l’accumulation des matières au programme des cours, à savoir les langues, l’informatique et le développement de nouvelles pathologies telle que le sida, etc. qui ne peuvent pas être donnés en un laps de temps très court.

Cependant, en septembre 1976, la Pharmacie s’est séparée de la Médecine pour s’ériger en Faculté autonome.L’année 1981 marqua le retour à la situation d’avant 1971 en mettant fin à l’existence de l’Université Nationale du Zaïre, consacrant par-là l’autonomie des instituts supérieurs et des trois universités initiales à savoir : les Universités de Kinshasa, de Lubumbashi et de Kisangani.

C’est par ordonnance-loi n° 81/142 du 3 octobre 1981, que le campus de Kinshasa devient : l’Université de Kinshasa.

C’est en 1980, que le Conseil Facultaire adopta les règlements généraux régissant l’enseignement postuniversitaire en Médecine. Une commission Permanente de Mémoire et de Thèse (CPMT) fut aussi instituée (Pr. Dr. KABEMBA BIABULULU waMayombo, 2010).

2. Structure de la Faculté de Médecine de l’Université de Kinshasa

L’une de grandes et premièresFacultés de Médecine du pays, elle comporte quatorze départements qui sont aux Cliniques Universitaires,  au Centre  Neuro-psychopathologique et à l’École de Santé Publique.

La faculté de Médecine organise trois filières d’études en trois cycles. Il s’agit de :

1° Biologie médicale

2° Odontostomatologie (Médecine dentaire)

3° Médecine Physique

Le premier cycle appelé graduat comprend trois années d’études;

Le 2ème cycle comprend 3 ans d’enseignements théorique et pratique et un stage interne de 15 mois (3 en Neuropsychiatrie, et 12 mois dans les filières traditionelles : Pédiatrie, chirurgie, gynécologie-Obstétrique, Médecine interne);

Le 3ème cycle comprend la spécialisation, le Diplôme d’Études Approfondies (DEA) et la Thèse.

En effet, malgré l’ouverture d’autres Facultés de Médecine à Kinshasa et en provinces la réduction des effectifs d’étudiants admissibles en premier graduat n’a pas pu dégorger la Faculté de Médecine de l’Université de Kinshasa.

Le corps enseignant de la Faculté est essentiellement constitué de nationaux. L’effectif des Professeurs étrangers a diminué jusqu’à disparaître. Néanmoins, il ne subsiste aujourd’hui de professeurs visiteurs venant de l’Étranger.

En vue d’anticiper sur l’organisation des enseignements conformément aux prescrits de Bologne, il serait loisible de revisiter, dès maintenant, les programmes actuels. LMD (Licence-Maîtrise ou Master-Doctorat), qui pointe à l’horizon, est en train d’être expérimenté à l’Université de Kisangani avec ses premiers licenciés attendus pour juillet 2015. La Faculté de Médecine devrait demeurer le modèle en la matière en prenant un bon départ.

Hubert MWEMBIE BANGATA-MBATA

Hubert MWEMBIE BANGATA-MBATA

Hubert MWEMBIE BANGATA-MBATA

Bibliothécaire Responsable

Faculté de Médecine

Université de Kinshasa