Le Dr Tite MIKOBI MINGA , spécialisre en Gynécologie-Obstétrique DEA en Biologie Moléculaire, a défendu sa thèse d’agrégation en Médecine ce 01 avril 2016 à l’Université de Kinshasa.

Dr Tite Mikobi

Dr Tite Mikobi

Intitulé : Bases biologiques et génétiques de l’hétérogénéité phénotypique de la Drépanocytose en milieu Congolais

Thèse soutenue en vue de l’obtention du grade d’Agrégé à l’Enseignement Supérieur

Promoteur : Professeur Dr Jean-Marie Mbuyi Muamba

Co-promoteur : Professeur Dr Prosper Lukusa Tshilobo

Quelques 51 photos

Résumé de la Thèse

CONTEXTE
La drépanocytose est la maladie génétique la plus répandue au monde. Elle est associée à une grande morbi-mortalité qui fait d’elle un lourd problème de santé publique dans les pays défavorisés. En Afrique, la République Démocratique du Congo (RDC) est le deuxième pays le plus touché après le Nigéria. Sur le plan clinique, la maladie est caractériséepar une grande hétérogénéité phénotypique.

OBJECTIFS

Le présent travail avait pour objectifs

  • Analyser les biomarqueurs de morbidité et de sévérité de la drépanocytose en milieu congolais,
  • Identifier les facteurs génétiques modulateurs de la drépanocytose au Congo,
  • Décrire quelques loci régulateurs de l’hémoglobine-foetale chez les drépanocytaires congolais.

METHODES

Ce travail est une revue synthétique de trois recherches menées à Kinshasa, dont chaque objectif a fait l’objet d’une étude.
Une première étude transversale portantsur 256 patients a été réalisée au Centre de MédecineMixte et Anémie SS (CMMASS) entre Décembre 2012 et Février 2013, pour analyser les marqueurs de la morbidité et de lasévérité du drépanocytaire en milieu congolais. Les résultats de cette étude ont non seulement permis de cerner l’hétérogénéité phénotypique de la maladie en milieu congolais, mais également mis en lumièrela nécessité d’en rechercher les facteurs génétiques modulateurs. Il en a résulté deux autres.
Une deuxième étude transversale a ainsi été entreprise sur les mêmes patients de la première étude à la recherche, d’une part, d’une association hémoglobine foetale et drépanocytose parmi les 256 patients, et d’autre part, à partir d’un échantillon de convenance de 106 de ces patients, d’une association alpha-thalassémie et drépanocytose.
Une troisième étude transversale dont l’objectif était d’étudier quelques polymorphismes cis et trans-régulateurs de l’HbF avait porté sur 103 patients de la deuxième étude dont 66 avec association HbF-drépanocytose sous forme de persistance héréditaire de l’HbF et 36 patients sans cette association.

RESULTATS

L’analyse des biomarqueurs de morbidité et de sévérité a montré qu’en état intercritique ces biomarqueurs augmentent avec la sévérité de la maladie.
L’étude des facteurs génétiques modulateurs de la drépanocytose a mis en évidence: une association HbF et drépanocytose chez 49,60 % des patients, et une association alpha-thalassémie et drépanocytose chez 49,05 % des patients. L’augmentation de l’HbF était inversement proportionnelle à la sévérité de la maladie. La forme alpha-thalassémie avec la délétion homozygote α 3,7  et, dans une moindre mesure, la triplication α avaient un effet
protecteur sur la drépanocytose.
L’analyse des variants associés à la persistance héréditaire de l’HbF a mis en évidence un équilibre de la loi de Hardy-Weinberg des variants rs11886868(BCLllA)(Hb SS-HbF) et rs9399137(HBSlL-MYB), avec une dérive allélique du variant rs4895441 dans l’échantillon étudié.

CONCLUSION

études ont montré que l’hétérogénéité phénotypique de la drépanocytose en milieu congolais est sous la dépendance des biomarqueurs de morbidité. Maisl’expression clinique de la maladie reste fortement modulée par les facteurs génétiques. Les études génétiques ont mis en évidence,pour la première fois en RD Congo, une modulation de la drépanocytose par une forme de l’alpha-thalassémie avec délétion homozygote et par un
variant génétique associé à la PHHF.
Mots clés: biologie, génétique, hétérogénéité clinique, drépanocytose, RD Congo.