Mémoire de : Dr Lebughe

Les données sur les spondylarthropathies sont rares en RD Congo.

OBJECTIF


Décrire le profil épidémiologique, clinique, biologique et radiographique des spondylarthropathies en milieu hospitalier à Kinshasa.


METHODES


Etude descriptive transversale menée à l’Hôpital Provincial Général de Référence de Kinshasa et aux Cliniques universitaires de Kinshasa sur les patients rhumatisants qui ont consulté du 1er décembre 2012 au 31 mars 2013. Les patients ont été inclus de manière consécutive. Le diagnostic a été retenu sur base des critères d’Amor et de l’ESSG. Tous les patients inclus avaient fait l’objet d’examens clinique et paracliniques.Le seuil de signification statistique α=0,05.


RESULTATS


Six cents treize patients rhumatisants avaient consulté ces deux formations dans la période d’étude. Parmi eux, il y avait deux cent cinquante sept hommes (soit 59,1%). Soixante quatre patients (soit 10,4%) répondaient aux critères des spondylarthropathies dont trente quatre hommes (soit 53,1%) et trente femmes (soit 46,9%). Les pathologies rencontrées étaient, dans l’ordre décroissant de fréquence, les spondylarthropathies indifférenciées (soit 42,2%), les arthrites réactionnelles (soit 37,5%), la spondylarthrite ankylosante (soit 8%), l’arthrite psoriasique (soit 4,6%), les rhumatismes associés aux maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (soit 1,6%) et le syndrome SAPHO (soit 1,6%). Sur le plan biologique la VS moyenne était de 41±29mm/1ère h. Les radiographies du bassin ont permis d’objectiver 21 cas de sacro-iliite (soit 44,7%). Les enthésopathies périphériques étaient retrouvées dans 23 cas (soit 69,7%).


CONCLUSION


Les spondylarthropathies affectent 1 rhumatisant sur 10 aux Cliniques universitaires de Kinshasa et à l’Hôpital Provincial Général de Référence de Kinshasa.

Elles sont surtout rencontrées sous la forme indifférenciée et affectent indistinctement les deux genres.